Nos projets

Association EcoCampus                                                                                               Utopons       

 

 

 Le jardin potager à

L'Université Toulouse-Le-Mirail

 

 

 

   Les associations Eco-Campus et Utopons demandent à l’université l’affectation d’une parcelle de terrain pour l’exploitation d’un jardin potager. Ce projet s’intègre dans le cadre de la commission Eco-Campus, et dans une démarche de sensibilisation des étudiants aux problèmes écologiques et environnementaux en particulier dans le domaine de la consommation alimentaire et l’industrie agricole. Cette parcelle serait gérée par l’association Eco-Campus et affectée à une exploitation collective, à vocation plus pédagogique que productive.

 

 

Le pourquoi :

 

permettre à des gens n’ayant pas de jardin de goûter aux plaisirs de la culture de légumes et tisser une sociabilité autour du potager.

expérimenter les techniques agricoles biologiques.

réduire l’impact environnemental (importation, techniques de productions polluantes)

améliorer la qualité sanitaire de la consommation de légumes (produits frais, biologiques, locaux) et ce pour tous les budgets

 

 

Les parcelles :

 

A cette fin pédagogique, nous souhaiterions vivement que la parcelle soit visible aux étudiants, et se situe dans le patio, et c’est pourquoi nous proposons :

- une petite parcelle d’une vingtaine de mètres carrés sur le patio, vitrine du potager, sur laquelle soit apporté un soin particulier à l’esthétique générale. Peut-être serait-il possible de l’intégrer dans le projet de jardin qui jouxte la Fabrique Culturelle ;

 

 

- une parcelle plus importante, de 30 à 60 mètres carrés, dans le parc du château

 

Les deux surfaces seront entourées d’une clôture de protection, caché par des plantes grimpantes (voir annexe 1 : Les fleurs du potager). Un espace sera nécessaire pour la parcelle du parc (3 mètres carrés environ) pour le compostage et les purins (voir annexes 2 : Les purins). Nous demandons aussi un local pour ranger les outils, ou du moins un espace fermé.


 


L’exploitation

 

   Le potager sera exploité par des étudiants ou des membres de l’université (enseignants-chercheurs, personnels d’entretiens et administratifs). Nous souhaiterions aussi intégrer des gens du quartier (maximum trois personnes), en partenariat avec la Régie de quartier de la Reynerie ou d’une autre association locale, et ce pour trois raisons. En premier lieu, ne pas laisser les parcelles à l’abandon durant l’été qui est la période la plus active. Deuxièmement, tisser des liens entre l’université et son environnement direct. Enfin, permettre la transmission de connaissances de gens qui ont une expérience dans son domaine vers des étudiants désireux d’apprendre en la matière.

   Le travail sera organisé en sessions planifiées à l’avance durant lesquelles les jardiniers pourront échanger des méthodes, et expérimenter des techniques. Ils se seront par avance engagés à fournir à cette activité un nombre d’heure/semaines à déterminer selon les personnes. L’ensemble du potager sera cultivé en biologique, selon les normes établies par la Fédération Internationale des Mouvements d’Agriculture Biologique. Nous fleurirons par exemple le potager selon les associations utiles à la qualité des plantations (annexe 3 : Associations bénéfiques et néfastes). Les fruits de l’exploitation seront répartis entre membres ou utilisés par l’association pour des démonstrations pédagogiques ou des actions de financement (par exemple, une soupe vendue aux étudiants).

   Le choix des plantations se fera une fois tous les acteurs du projet réunis et engagés. Nous avons pourtant commencé à sélectionner certains fruits et légumes qui nécessitent des semis voir des plantations dès février (voir annexe 4 : Le calendrier du potager), c’est pourquoi nous espérons donc obtenir rapidement la ou les parcelles. Tous les semis et plants seront achetés à Kokopelli, Biaugerme ou Graines del País, associations qui œuvrent au maintien de la biodiversité et de l’agriculture vivrière.

 

 

L’action pédagogique :

 

   Le jardin potager sera la base d’une sensibilisation aux problèmes environnementaux en rapports avec l’alimentation. Une plaquette expliquera les techniques biologiques et les dangers des engrais, pesticides et O.G.M., ainsi que ceux posés par une délocalisation trop importante de l’agriculture. Des sessions d’introduction aux jardinages permettront aux étudiants non acteurs du projet de s’initier rapidement à la réalité d’un potager. Des stands de comparaison du goût de nos légumes et de légumes industriels encourageront la redécouverte d’une alimentation de plus grande qualité culinaire et diététique. Enfin, il sera possible d’organiser des après-midi découverte pour les classes des écoles primaires de la Reynerie.

 

 

Partenariats

 

   Pour ce projet, nous souhaitons nouer deux partenariats :

 

La régie de quartier de la Reynerie qui a pour objectif de participer avec les acteurs associatifs et institutionnels au projet de mieux vivre ensemble sur le quartier Reynerie. Nous proposons d’intégrer jusqu’à trois personnes du quartier souhaitant jardiner, transmettre leur expérience en la matière, et partager une partie des fruits du potager.

L’association Utopons qui vise à vivre et faire vivre la démocratie, la laïcité, l’éco citoyenneté, la co-éducation et la solidarité par des moyens concrets. Elle fournit des bénévoles et valorise son action auprès du public étudiant.

 

Nous oeuvrons bien sûr en lien avec la commission Eco-Campus nouvellement créée. Il nous reste à passer des conventions précises avec ces deux partenaires selon les modalités qu’exigera l’administration de l’université. Nous comptons demander des aides financières à la mairie, au conseil régional, à la Fondation de France et au FSDIE. Nous solliciterons aussi  les jardineries et magasins de bricolage comme Botanic, Jardiland, Truffaut, Castorama ou Leroy Merlin pour sponsoring en apport de matériel.